Les jardins paisibles du sanctuaire Nitta-jinja racontent une histoire longue et colorée. Le sanctuaire remonte en effet à plus de 650 ans, à l’époque de Namboku (qui a duré une grande partie du 14ème siècle), lorsque les factions de la moitié nord et de la moitié sud du Japon étaient en conflit constant. L’un des guerriers, un samouraï nommé Nitta Yoshioki, était considéré comme l’un des combattants et stratèges les plus accomplis du Sud du Japon. Il est mort pendant la traversée sur le ferry Yaguchi, dans l’actuel arrondissement d’Ota, ses ennemis ayant percé des trous dans le fond de son bateau et tiré des flèches sur le guerrier à l’eau. Sa mort aurait déclenché une malédiction sur toutes les personnes impliquées, provoquant une série de coups de foudre et d’incendies dans les environs. Les villageois locaux, cherchant à apaiser l’esprit vengeur, construisirent le sanctuaire Nitta-jinja sur le site de la mort du samouraï.

Aujourd’hui, le sanctuaire est réputé porter chance. Il est également connu pour son zelkova de 700 ans qui domine le parc. Cet arbre, qui porte chance à ceux qui le touchent en matière de santé et de longévité, a survécu à de nombreux incendies, ainsi qu’aux raids aériens de Tokyo qui ont détruit le reste des bâtiments du sanctuaire en 1945.

Derrière le sanctuaire se trouve un petit bosquet de bambou. À l’ère d’Edo, Hiragi Gennai – connu pour avoir inventé le générateur électrostatique – y a pris des morceaux de bambou pour créer la première hamaya, flèche sacrée offerte dans les sanctuaires au Japon. Une sculpture moderne de la célèbre artiste japonaise Asaha Katsumi, qui représente une flèche, se tient à côté de l’entrée principale pour commémorer cet événement.

Comment s’y rendre ?

Le sanctuaire Nitta-jinja se trouve à quelques pas de la gare de Musashi-Nitta, sur la ligne Tokyu Tamagawa.

Plus d’information

  • 1-21-23, Yaguchi, Ota ward
  • Entrée gratuite